Villes et villages du pas de calais !

Marquay :

Les Marquaysiens, 62127.
Autrefois :
Marca, Markais.
Un seigneur du village, Palmapède, fut tué à Azincourt en 1415.
D’autres furent vice-gouverneurs d’Arras aux XVè et XVIè.

Marquion :

Les Marquinnais, 62860.
Autrefois :
Marchionum.
Régnier de Marquion meurt lors d’une croisade en 1106.
En 1244, le domaine relevait d’Oisy et devint la propriété de l’abbaye de Cantimpré de Cambrai en 1266.
Marchonium : cette commune située sur les confins de l’Artois et du Cambrésis, tire son nom de Marchio, officier préposé à la garde des marchés ou frontières.

Marquise :

Les Marquisiens, 62250.
Autrefois :
Maakis.
En 55 avant Jésus Christ, les oromarsaci (guerriers des marais Marquisiens) livrent aux légions de Jules César un combat sanglant au lieu-dit le Mont de Cappe.
Bourg plusieurs fois ravagé par les anglais du XIVè au XVIè.
Découverte d’objets divers d’époque gallo-romaine..
Les carrières de pierres très anciennes, déjà utilisées à l’époque gallo-romaine ont leur renommée au XIè quand l’abbé Scollandus fait transporter les pierres pour la construction de l’abbaye St Augustin à Cantorbury.
Eglise faite d’éléments construits à des époques diverses.
Le choeur du début du XVIè, fut restauré vers 1574, à la suite des ravages causés par les anglais au milieu du siècle.
Le clocher oeuvre de la seconde moitié du XIIè, incendié par la foudre en 1544, a été surhaussé d’un étage à l’époque moderne.
Nef du XVIIIè.

Martinpuich :

Les Martinouichois, 62450.
Autrefois :
Martini Puteum.
Un acte de 1206 accorde à l’abbaye d’Arrouaise des portions de dîmes et terrages sur Martinpuich.
Village détruit pendant la 1ere guerre mondiale.
En 1911 Martinpuich avait 503 habitants.
10 ans plus tard, il n’y en a plus que 258; c’est naturellement la guerre qui est la cause de cette chute de la population comme elle l’est de la disparition de l’église.

Matringhem :

62310

De nombreuses carrières dans cette commune sont à l’origine de nos pavés du Nord, ils étaient transportés par une ligne de chemin de fer reliant Fruges à Aire sur la Lys qui a été fermée en 1957.
Actuellement, elles ne sont plus exploitées.

Mazingarbe :

Les Mazingarbois, 62670.
Autrefois :
Masengarba avant 1558, mazingarbes.
Dépendait de l’abbaye de marchiennes.
petit village jusqu’à l’ouverture des fosses au XIXè.
Les armoiries de la ville de Mazingarbe symbolisent les brebis et le charbon.

Mazinghem :

les Mazinghemois, 62120.
Autrefois :
Découverte d’une nécropole mérovingienne.
Jean de Masinghem fait une donation à l’ababye St bertin en 1195.
Louvelet de Massinghem et son frère furent tués à la bataille d’Azincourt en 1415.
Château construit en 1769.

Mencas :

Les Menkenkois, 62310.
Autrefois :
Menca.
Le village a appartenu à la régale de Thérouanne.
Marquisat en 1787.
La tour de l’église serait de 1100 et l’étage supérieur de 1727 comme l’indique la pierre gravée en haut à droite.
Mencas est un charmant et discret village.

Menneville :

Les Mennevillois, 62240.
Autrefois :
Magna villa, Maneville.
Le village appartenait à l’abbaye de samer.
Forteresse du mont Hulin bâtie en 1545; détruite en 1678.
Eglise détruite en 1597 par les bourguignons.
C’est à Menneville que François 1er fit bâtir en 1545 un château à 4 bastions qui devait empêcher les anglais, maîtres du calaisis, de faire jonction avec les espagnols qui occupaient l’Artois.
Il n’en reste rien.

Mentque-Nortbecourt :

Les Mentquois et les Norbécourtois, 62890.
Autrefois :
Menka et Nort-Bécourt.
Mentque et Norbécourt ont fusionné en 1819.
On peut voir à Mentque l’église et sa tour du XIIème siècle, et à Nortbécourt le château Louis XV et le moulin d’Inglinghem.

Mercatel :

Les Mercatelois, 62217.
Autrefois :
Merchastel.
Dès le VIIè, le village appartenait à l’abbaye St Vaast.
Les chevaliers de St jean de jérusalem en possédaient une partie.
Village détruit pendant la 1ere guerre mondiale.

Merck-saint-liévin :

Les Merkois, 62560.
Autrefois :
Marka-S-Livini.
le village remonterait au VIIè après que St Liévin, disciple de St Omer, vnt prêcher dans la région vers les années 630.
Pélerinage St Liévin encore observé au XIXè.
La seigneurie dépendait de l’échevinage de Fauquembergues.
L’église est un bel édifice des XVIème, XVIIème et XVIIIème, remarquable par sa tour imposante.
L’ensemble est classé monument historique.
Saint Liévin était un pélerin irlandais du VIIème siècle qui par amour du Christ s’atait éxilé sur notre continent; il périt assassiné dans un bois de Flandres.

Méricourt :

Les Méricourtois, 62680.
Autrefois :
Mderici Curtis.
L’autel de Méricourt apartenait à l’abbaye St Vaast d’Arras et la seigneurie aux comtes d’Oisy.
Importantes mines de charbon.
Ville détruite pendant la 1ere guerre mondiale.
L’ancienne mairie/école se trouvait rue du chat et elle est datée de 1886.
Par délibération du 24/12/1909 celle-ci fut transférée dans l’ancien presbytère.

Merlimont :

Les Merlimontois, 62155.
Autrefois :
Merlimont en 823, Melimonte en 1244.
Appartenait en 823, à l’abbaye St Ricquier puis releva du comté de St Pol.
Château fort détruit au XVIè.

Metz-en-couture :

Les Culturimessins, 62124.
Autrefois :
Messencouture.
Relais de poste où Louis XIV s’arrêta.
En 1517, le prince d’Epinoy était seigneur du village.
chef-lieu de canton pendant la révolution.
Trois moulins à vent.
Village détruit le 1er février 1917 par l’armée allemande.
Il existe des souterrains-refuges très étendus.
Ils avaient leur point de départ sous le clocher, mais l’accès est interdit.

Meurchin :

Les Meurchinois, 62410
Autrefois :
Moeurchum.
l’abbaye St Vaast avait des propriétés à Meurchin et déendait de la principauté d’Epinoy.
Village eb partie détruit pendant la 1ere guerre mondiale.

Mingoval :

Les Mingovalois, 62690.
Autrefois :
Mingheval, Mangoual.
Au XIVè, Mingoval appartenait à la famille de Lannoy.
Hugues de Lannoy épouse vers 1330, Margueritte, dame de Mingoval.
La seigneurie restera plus de trois sièclezs dans la même famille.
L’église est du début du XVIème siècle ; on remarque particulièrement la tour carrée avec sa flèche à crochets.
Classée monument historique le 31 janvier 1927.

Molinghem :

les Molinghemois, 62330

Moncheaux-lès-frévent :

Les Montcellois, 62270.
Autrefois :
Monticellus, Moncel.
En 823, le village appartenait à l’abbaye de St Riquier.
Simon de Monchaux se fait tuer à Azincourt en 1415.

Monchel-sur-canche :

Les Monchelois, 62270.
Autrefois :
Mons Coeli, Monchiel.
Ce lieu serait antérieur à 650.
D’après une légende du VIIIè, Justus et Artémius furent martyrisés vers ce lieu.
Le dernier seigneur fut de la famille de Gangan-Rollepot.
Eglise avec autel Louis XVI.

Monchiet :

Les Monchiettois, 62123.
Autrefois :
Monchieul, Monciet en 1218.
le village appartenait à l’abbaye St Vaast.
Derrière l’église qui est de 1712, on trouve une motte féodale boisée entourée de fossés.

Monchy-au-bois :

Les Monchyens ou les Monciacois, 62111.
Autrefois :
Monciacum.
Le village était tenu de l’abbaye St Pierre de Corbie dès 662.
Une léproserie.
Village détruit pendant la 1ere guerre mondiale.

Monchy-breton :

Les Monchyens ou les Monciacois, 62127.
Autrefois :
Monciacum, Monci en 1202.
Ce lieu et Orlancourt relevaient de la Thieuloye puis ont apartenu à différents seigneurs.
L’église est dédiée à St Hilaire, évêque d’Arles de 401 à 449, puis moine à l’abbaye de l’île Saint-Honorat.

Monchy-cayeux :

Les Monts-cayens ou Moncianois, 62134.
Monciacum.
Monchy-Cayeux était une paierie-châtellerie du comté de St Pol.
Château XVème-XVIème.
La plus belle vue est celle du côté jardin.
Le dernier seigneur fut le marquis de Monchy.
Placé sur un passage, le village fut souvent rançonné ou pillé lors des invasions.
La château a été détruit en 1987.

Monchy-le-preux :

Les Monchypreusiens, 62118.
Autrefois :
Mont-en-preu.Monciacum Petrosum.
En 877, une partie du village apartenait à l’abbaye d’Hasnon, l’autre partie relevait de l’évêché d’Arras qui posséda plus tard l’autel de Monchy.
Positions tenues par les espagnols puis les français lors des guerres d’espagne au XViiè.
Des fosses de charbons furent exploitées au XIXè sans grands succès.
le village fut en partie détruit pendant a 1ere guerre mondiale.
« Suite de l’incident de Guémappe » :
En ce jour là, les allemands ayant mis le feu à toutes les maisons, les habitants de Monchy s’étaient réfugiés dans les caves pour ne pas être brûlés vifs, affolés, ne sachant pas où aller au milieu de la fusillade et du combat, c’est d’eux mêmes qu’ils se précipitèrent tout naturellement vers la lisière. »tiré de « Pourquoi Arras ne fut pas pris » par le général Mordacq.

Mondicourt :

Les Mondicourtois, 62760.
Autrefois :
Moderici Cortis.
Le village , divisé en deux seigneuries, appartenait aux chevaliers de malte et au marquis de beauffort.Sa chocolaterie, constuite en 1824, fut une des premières créée en France.
Elle a employé jusqu’à 1200 personnes, mais à dû fermer ses portes en 1980.

Mont-Bernanchon :

Les Montois ou les Mont-Bernanchonnois, 62350.
Autrefois :
Baronis.
Le village dépendait de l’avouerie de béthune en 1199.
Ce village situé sur le penchant d’une colline, à l’embouchure de la Clarence er de la Lys a été entièrement détruit pendant la guerre 1914.

Mont-saint-Eloi :

Les Montéligiens, 62144.
Autrefois :
Mons-Saintus-Eligii.
C’est à cet endroit que St Eloy, évêque de Noyon, se retira vers 640.
Un oratoire fut fondé et détruit en 881 par les normands.
En 928, une communauté de religieux se groupa et une abbaye se forma.
Cette abbaye fut reconstruite au XVIIIè et supprimée à la révolution.
Il est probable que l’origine de l’abbaye soit une simple chapelle érigée vers l’an 700.
Des constructions importantes sont entreprises à partir du XIIIème siècle et une reconstruction totale achevée en 1778, soit onze ans avant la révolution.
Avec la république, Mont-saint-Eloi va changer de nom pour devenir Mont La Liberté.
L’abbaye est abandonnée et vendue comme bien national en 1792.
En 1836 cet ensemble architectural est acquis par la département.
Poste d’observation de premier ordre sur les champs de batailles de l’Artois, les tours vont attirer les feux nourris de l’artillerie allemande d’octobre 1914 à mai 1915.
Elles subiront le sort de la guerre et seront emputées de leurs sommets.
L’ensemble est classé Monument historique depuis le 8 juin 1928.

Montcavrel :

Les Montcavrellois, 62170.
Autrefois :
Mons Caprini.
Château fort.
Marquisat en 1690.
L’église n’a plus de nef, mais il lui reste un très beau choeur, et deux collatéraux formant chapelles.Toute la construction est en craie taillée, sur soubassement de grès et silex.
L’intérieur est imposant, l’église, haute de 12 mètres environ, n’est pas voûtée, bien que des voûtes aient été prévues : peut être ont-elles été exécutées, puis démolies.
Les chapitaux en forme de frises historiées sont particulièrement intéressants.
Au nord, sur le premier demi-pilier, les scènes représentant la fuite en Egypte, l’adoration des mages et un fragment de l’Annonce aux bergers.
Le chapiteau du pilier isolé, est consacré à la vie de la vierge : sa naissance, l’annonce à Joachim, le mariage de la vierge, sa mort.
Le cul-de-lampe recevant les retombées des nervures de la grande voûte, représente un monstre et des petits personnages.
Le cul-de-lampe opposé, dans le collatéral nord, est orné d’un écusson aux armes de France.

Montenescourt :

Les Montenescourtois, 62123.
Autrefois :
Monteneskurt, Montenoiscourt.
En 1070, Liebert, évêque de cambrai, accorde à l’église d’Arras l’autel du village.
La flèche de l’église, datant de 1744, s’écroula en 1910.
La tour carrée reste remarquable.
Montenescourt était renommé pour la qualité de ses pierres de taille qu’on extrayait sur son territoire.

Montigny-en-Gohelle :

Les Montignynois, 62640.
Autrefois :
Montigniacum, Montiny.
Le premier seigneur connu fut Frumold au XIè.
Un autre seigneur, Galon, participa à la bataille de Bouvines.
Robert meurt à la bataille d’Azincourt en 1415.
Les derniers seigneurs, du XVIè à la révolution, furent de la famille de Dufort de Duras.
Ville presqu’entièrement détruite pendant la 1ere guerre mondiale.

Montreuil :

Les Montreuillois, 62170.
Autrefois :
Le bourg de montreuil s’est formé autour de l’abbaye fondée au VIIè.
Soumis d’abord à des seigneurs particuliers, le bourg entra au XIè dans le domaine royal, et la reine Berthe, épouse répudiée de Philippe 1er, y mourrut en 1095.
Il eut une charte de commune en 1188 et fut fortifiée au XIIIè.
Pris par les anglais en 1360, il fut repris par Du Guesclin en 1370; les impériaux s’en emparèrent en 1537, mais le rendirent rapidement.
Sa citadelle du XIIIè a été augmentée par Henri IV, puis par Vauban.
Ancien port, le seul du temps des capériens, aujourd’huy à 15km de la mer.
Pendant la première guerre mondiale, le maréchal Haig avait son quartier général à Montreuil.

Monts-en-ternois :

Les Montois ou les Monsois, 62130.
Autrefois :
Mons.
Lieu compris dans les possessions de l’abbaye St Riquier en 823.
En 1340, le domaine relevait de la baronnie de Rollencourt.

Morchies :

Les Morchiens ou les Morcéens, 62124.
Autrefois :
Morceium, Morcy, Morchy.
Souterrains-refuges.
Le château n’existe plus.
Il ne laisse aucun regret du point de vue de l’art.
Mais c’est un grand témoignage des grandes constructions en superbe maçonnerie du XIXème.
Rappelons qu’à Morchies la ferme de Monsieur Deflandres était telle que ses granges pouvaient abriter les récoltes de 300hectares de terre, les écuries 40 chevaux et 50 bêtes à cornes, ses bergeries contenaient 600 moutons.

Moringhem :

les Moringhemois, 62910.
Autrefois :
Morningahem faisait partie des possessions de l’abbaye St Bertin en 858.
La seigneurie appartenait à l’ababye de Licques.
Difques, ancienne commune, fut rattachée à Moringhem en 1820.
Commune sinistrée pendant la seconde guerre mondiale.
Ancien moulin.

Morval :

Les Morvalois, 62450.
Autrefois :
Mourval.
Ce village est mentionné dans les titres de l’abbaye d’Arrouaise en 1175.
Il fut détruit pendant la 1ere guerre mondiale.
Marquisat en 1787.
L’église de Morval, démolie pendant la guerre 1914-1918, reconstruite, puis menaçant ruine, a été volontairement détruite.
Actuellement, comme après la guerre Morval n’a plus d’église.

Mory :

Les Moruens ou Moryssins, 62159.
Autrefois :
Moiry.
A partir de 1450, la plus grande partie de la seigneurie de Mory appartenait à la famille d’Houchain.
Village détruit pendant la 1ere guerre mondiale.

Moulle :

Les Moullois, 62910.
Autrefois :
En 1789, le domaine appartenait au comte de beauffort.
Chef-lieu de canton pendant la révolution.
Château du XIXè.
Au cimetière tombe de l’abbé Georges bellanger.

Mourriez :

Les Mouriezois, 62140.
Autrefois :
Rumacum pendant l’occupation romaine en Morinie.
Le domaine de mourriez fut accordé à l’abbaye de Dommartin au XIIè.

Moyenneville :

Les Moyennevillois, 62121.
Autrefois :
Medoni Villa en 674, mayen-ville en 1272.
En 1097, l’autel de moyenneville fut accordé à l’abbaye St eloi.
Village détruit pendant le 1ere guerre mondiale.

Muncq-Nieurlet :

Les Muncquois, 62890.
Autrefois :
Munk-Niwrled au XIIè.
Le village appartenait à l’abbaye de clairmarais.

Nabringhen :

Les Nabringhinois, 62142.
Autrefois :
La seigneurie relevait de Colembert.

Les commentaires sont fermés.