Le bassin minier !

Le bassin minier du Pas de calais :

Affleurant à la frontière franco-belge,le gisement s’enfonce progressivement vers l’ouest. Il est le prolongement du Sillon industriel qui fut et reste, de Mons à Liège et Verviers, la zone industrielle de la Wallonie.

Son exploitation dans le département du Nord a débuté à Anzin au XVIIIe siècle. Mais les recherches en Artois étaient restées vaines, en raison d’un changement d’orientation des veines. c’est donc par hasard, en creusant un puits artésien qu’on en retrouvera la trace vers Oignies en 1841.

Cette découverte sera le point de départ d’une vaste campagne de prospection qui aboutira à la création de nombreuses compagnies minières. L’exploitation du gisement déclinera à partir de 1960 et sera définitivement arrêtée en 1990.

Quelques dates :

1662 On découvre le gisement , d’Hardinghemdans le Boulonnais.

1813 Le travail de fond est interdit aux enfants de moins de 10 ans.

1841 Le forage d’un puits d’eau, à Oignies, chez Mme de Clerc permet de repérer le gisement du Pas-de-Calais.

Au départ personne ne s’y interéssait, l’important était la nappe phréatique.
Les travaux poussés jusqu’à 400m, confirmèrent l’existence d’un gisement de charbon.

1882 Arthur Lamendin crée, à Lens, la première Chambre syndicale de mineurs dans le Pas-de-Calais. Celle du Nord est créée en 1883, par Emile Basly…

1894 Loi du 29 juin qui crée les Caisses de Secours, organismes mutualistes pour la constitution des retraites et l’assurance contre les risques invalidité-maladie. Seuls les mineurs bénéficient d’un tel régime.

1906 10 mars, un coup de grisou provoque la mort de 1 101 mineurs de la Compagnie des Mines de Courrières. Le Comité Central des Houillères installe à Lens une station expérimentale de lutte contre le grisou. On y forme aussi les sauveteurs. Le travail de fond est interdit aux jeunes de moins de 12 ans.

1936 Grève générale dans les mines. Suite aux accords de Matignon, les mineurs obtiennent deux semaines de congés payes, 38 h 40 de travail hebdomadaire pour le fond, l’institution des délégués du personnel.

1946 Loi de nationalisation du 17 mai : création des Houillères du Bassin du Nord et du Pas-de-Calais et de Charbonnages de France.14 juin : adoption du statut de mineur. La silicose est reconnue maladie professionnelle. Généralisation de la Sécurité Sociale Minière.

1990 La société holding Filianor regroupe les douze sociétés industrielles issues des HBNPC 26 octobre : arrêt du 9 de I’Escarpelle, à Roost-Warendin. 21 décembre : arrêt du dernier puits, le 9 d’Oignies.

Situation :

Boulogne-sur-Mer est une commune française, située dans le département du Pas-de-Calais et la région Nord-Pas-de-Calais.
Les habitants de Boulogne-sur-Mer sont appelés les Boulonnais.
Pendant la Révolution française la ville fut appelée Port-de-l’Union. Boulogne-sur-Mer est située au bord de la Manche, à l’embouchure de la Liane.
Boulogne a donné son nom à la région naturelle du Boulonnais.
Appartenant sous l’Ancien Régime à la province de Picardie, Boulogne est rattachée depuis la création des Régions du Programme à la région Nord-Pas-de-Calais.

Musées du bassin minier :

Auchel : Boulevard de la Paix 62260 Auchel : tél 03 21 52 66 10 : Mardis et jeudis : 9h-12h. Groupe sur rendez-vous.

Bruay-Labuissière : Cours Kennedy 62700 Bruay-Labuissière :tél 03 21 52 53 33 : Tous les jours. 14h-17h30.

Harnes : 24, rue Montceau 62440 Harnes : tél 03 21 20 46 70 : Mardis et jeudis, 14h-18h.

Marles : 62540 Marles-les-Mines : tél 03 21 62 60 30 : Mercredis : 14h-17h, samedis : 14h-18h, dimanches :15h-18h.

Oignies : Rue Emile-Zola 62590 Oignies : tél 03 21 74 80 50 : Ouvert d’avril à octobre, 2e et 4e dimanche du mois de 14h à 19h. Groupes mardi et jeudi (sur RDV).

La découverte du bassin du Pas-de-Calais :

Ce n’est qu’un siècle après la découverte de la houille dans la région de Valenciennes que l’on commença à découvrir et à extraire de la houille dans le Pas-de-Calais.

On peut s’étonner également du délai d’exploitation qui s’est produit entre le Nord et le Pas-de-Calais.

La raison en est simple, on a tout simplement cherché dans le prolongement du Bassin minier belge et du gisement du Nord.
En suivant cette ligne, on est allé dans la région d’Arras et de Doullens, alors que, à partir de Douai, le gisement s’infléchit nettement vers le Nord.

En outre, les sondages étaient en général trop peu profonds pour trouver le charbon.

On dit que c’est que tout à fait par hasard, à l’occasion d’une recherche d’eau, qu’en 1841 on découvrit à nouveau du charbon dans la région d’Oignies. Quelques années plus tard, on en découvrait dans la région de l’Escarpelle et ce fut le départ d’une autre conquête, celle du Pas-de-Calais.

Un certain nombre de Compagnies minières se créèrent après 1850 qui ont nom : Courrières, Dourges, Lens, Bully-Grenay, Nœux-les-Mines, Bruay-la-Buissière, Marles-les-Mines et Ostricourt. Après 1875, on développa l’exploitation vers le Sud : Liévin, la Clarence et Drocourt.

Les commentaires sont fermés.