un peu de chti

Origine du langage ch’ti :

Le mot chti ou chtimi, a été inventé durant la Première Guerre Mondiale par des poilus qui n’étaient pas de la région, et qui désignaient ainsi leurs camarades qui étaient originaires du Nord-Pas-de-Calais.
Ce mot a été créé à partir des mots ch’est ti, ch’est mi (c’est toi, c’est moi).

Les Ch’ti sont les habitants de la région Nord-Pas-de-Calais, et le Ch’ti est le patois parlé par ces derniers.

Le Ch’ti, c’est quasiment du picard, c’est une sorte de patois de la langue picarde.
D’une ville à l’autre, des différences de prononciation existent et des mots sont totalement différents : c’est donc très difficile d’établir un glossaire.

 

Jules Mousseron :

Cafougnette est un héros de la région Nord-Pas-de-Calais, équivalent de Tartarin à Tarascon créé par Jules Mousseron, poète de langue picarde et mineur de fond.

En 1899, Cafougnette apparaît officieusement sous la plume de Jules Mousseron dans la chanson Zeph’ à Madagascar en 1896, et pour la première fois dans un monologue intitulé « Cafougnette à Paris ».
Dès lors, il deviendra le héros d’une soixantaine d’histoires savoureuses après un petit détour comme personnage récurrent dans la revue humoristique Le Galibot parue à Denain de juillet 1900 au printemps 1902, toujours écrit par Mousseron sauf à de rares exceptions qui en était le rédacteur en chef.
Plus d’un siècle s’est écoulé… et il vit toujours.

D’où vient le nom ?
Est-ce une pure invention issue de l’imagination fertile de Jules Mousseron d’un mot qui chantait bien ?
Vient-il de cafouillage qui désignait dans le vocabulaire minier du Nord une mauvaise veine de charbon ?
Une personne inorganisée se disait également cafouillette dans la région de Denain.

Certains affirment que Cafougnette aurait été importé par des mineurs piémontais venus au début du XIXe siècle et serait la version française de cafoni qui désigne un paysan rustaud et dont le propos est une cafognette.

Peut-être s’agit-il un peu de tout ça, de cette sonorité amusante et de l’image qu’il renvoie !
Quoi qu’il en soit, si l’on peut gloser des heures sur l’origine du nom, il n’en reste pas moins la création originale de Jules Mousseron.
Le personnage n’apparaît dans aucun écrit antérieur à l’œuvre elle-même de l’auteur.

Les histoires que racontait Jules Mousseron étaient inspirées de mésaventures arrivées à des amis.
Pour ne pas les mettre dans l’embarras et leur éviter de fâcheuses moqueries, il remplaçait leur nom par celui de Cafougnette !
C’est ainsi que tous les problèmes du monde s’abattirent sur ce pauvre diable de Cafougnette.
Grâce à ça, cet anti-héros s’est imposé aux yeux de tous car on a reconnu en lui l’homme rencontré au marché, à l’estaminet, à la ducasse ou au coin du peignon.

Cafougnette ne survit pas qu’au travers de ces bonnes histoires.
Les Denaisiens l’ont matérialisé dans les années 1950 en Géant.
Chaque lundi de Pâques, sous le soleil, la pluie ou dans le froid, il mène le carnaval dont il est le roi et réchauffe le cœur des spectateurs.
Cafougnette est maintenant le héros d’une bande dessinée adaptée par Frédérick Maslanka (scénariste et arrière-arrière petit-fils de Jules Mousseron) et Rémy Mabesoone (dessinateur).

 

Le ptit quinquin :

Dors min p’tit Quinquin, min p’tit pouchin, min gros rogin Te m’feras du chagrin, si te’n’dors point ch’qu’à d’main.

Ainsi l’aute jour eune pauf’ dintelière,
In amiclotant sin p’tit garchon,
Qui d’pis tros quarts d’heures n’faijot que d’braire
Tâchot d’l’indormir par eune canchon,
Elle li dijot min narcisse
D’main t’aras du pain d’épice,
Du chuques à gogo, si qu’t’es sache et qu’te fais dodo.

Dors min p’tit Quinquin, min p’tit pouchin, min gros rogin
Te m’feras du chagrin, si te’n’dors point ch’qu’à d’main

Et si te’m’laiches faire eune bonne semaine
J’irai dégager tin biau sarrau
Tin patalon d’drap, tin gilet d’laine,
Comm’un p’tit Milord te s’ras faraud !
J’t’acatrai, l’jour d’eul’ducasse,
Un porichinelle cocasse
Un turlututu, pour juer l’air du capieau pointu

Dors min p’tit Quinquin, min p’tit pouchin, min gros rogin
Te m’feras du chagrin, si te’n’dors point ch’qu’à d’main

Nous irons dins l’cour, Jeannette-à-Vaques,
Vir les marionnettes comme te riras
Quind t’indindras dire un doupe pou Jacques,
Par l’porichinelle qui parle maga
Té li mettras dins s’menotte,
Au lieu d’doupes un rond d’carrotte
Il t’dira merci, parce comme nous arot du plaisi !

Dors min p’tit Quinquin, min p’tit pouchin, min gros rogin
Te m’feras du chagrin, si te’n’dors point ch’qu’à d’main

Et si par hasard sin maîte eus’fâche,
Ch’est alors Narcisse que nous rirons
Sans n’avoir invie, j’prindrai m’n’air mache,
J’li dirai sin nom et ses surnoms
J’li dirai des fariboles,
I m’in répondra des drôles
Infin, à chacun verra deux spectac’ au lieu d’un
Dors min p’tit Quinquin, min p’tit pouchin, min gros rogin
Te m’feras du chagrin, si te’n’dors point ch’qu’à d’main

Alors serre tes yux, dors min bonhomme,
J’vas dire eun’prière à p’tit Jésus,
Pou qu’i vienne ichi, pindint tin somme,
T’faire rêver qu’j’ai les mains pleines d’écus,
Pou qu’i t’apporte eune coquile,
Avec du chirop qui quile
Tout l’long d’tin minton, t’eut’pourléqueras tros heures du long

Dors min p’tit Quinquin, min p’tit pouchin, min gros rogin
Te m’feras du chagrin, si te’n’dors point ch’qu’à d’main
L’mos qui vient, d’Saint-Nicolas ch’est l’fête,
Pour sûr au soir i viendra t’trouver
I t’f’ra un sermon et t’laich’ra mette,
In-d’sous du ballot un grand painier
I l’rimplira si t’es sach’,
D’sait-quoi qui t’rindront bénache
Sans cha sin baudet t’invoira un grand martinet

Dors min p’tit Quinquin, min p’tit pouchin, min gros rogin
Te m’feras du chagrin, si te’n’dors point ch’qu’à d’main

Ni les marionnettes, ni l’pain d’épice,
N’ont produit d’effet ; mais l’martinet
A vite rappajé eul’p’tit Narcisse,
Qui craignot d’vir arriver l’baudet
Il a dit s’canchon dormoir,
S’mère l’a mis dins s’n’ochennoire
A r’pris sin coussin, et répété vingt fos ch’refrain

Dors min p’tit Quinquin, min p’tit pouchin, min gros rogin
Te m’feras du chagrin, si te’n’dors point ch’qu’à d’main

mousseron

 
pour rire :

Cafougnette demande au médecin :

– Alors Docteur ? Vos croyez que j’dos m’faire opérer ?
– Ouais, mais ch’est pas grafe ! Ch’n’est qu’inne tiote opération !
– Ouais, mais ch’est toudis imbêtint !
– Acoutez ! Chi vous voulez, vous n’avez qu’à printe un deuxième avis médical !
– Ch’est cha ! J’arviens d’main Docteur !!