Les chateaux du pas de calais

61Montreuil sur mer :

Installée sur un promontoire dominant la Canche, non loin d’Étaples, Montreuil jouit d’une position géographique privilégiée.
La ville est isolée des plateaux voisins par les vallons d’Écuires et de La Madelaine.
Cette position naturelle de commandement lui donne une vocation défensive inévitable.

Bien que situé à plus de 10 km de la mer, Montreuil fut pendant longtemps un port maritime de première importance.
Les bateaux naviguaient jusqu’au port sur la Canche qui ne permet plus aujourd’hui que la navigation de barques de pêche et des kayaks.
Cette particularité explique le nom usuel de Montreuil- sur-Mer.
Ce fut même en 987 lors de l’accession au trône de France de Hugues Capet, le seul port de mer du domaine royal.

Histoire :

Montreuil est cité pour la première fois en 898 dans les Annales de Saint-Bertin et de Saint-Vaast.
La ville, déjà fortifiée, devrait son nom à un « petit monastère » (monasterolium).
On sait que quelque temps plus tard, après 913, les moines de Landévennec (Finistère) y trouvèrent refuge après la destruction de leur monastère par les Vikings.

Le comte Helgaud semblait l’avoir déjà dotée d’une enceinte et d’un château comtal.
C’est à cette époque que commence alors la carrière militaire de la ville qui verra se succéder au cours de six siècles de guerres médiévales de nombreuses constructions.

En 980, Montreuil est rattaché au domaine royal.

Au début du XIIIe siècle, Philippe Auguste afin de protéger cette façade maritime de premier plan édifie un puissant château royal dont il reste aujourd’hui des éléments significatifs.

Le 19 juin 1299 Accord de Montreuil-sur-mer entre Philippe IV de France et Édouard Ier d’Angleterre.

Les nombreuses reliques, si pieusement vénérées au Moyen Âge et que détenaient ses nombreux lieux de cultes, attiraient les pèlerins et conféraient à la ville un caractère de sainteté.
La population va dépasser les 10 000 habitants (pour moins de 3 000 en 1999).

En 1435, Montreuil passe dans les possessions des Bourguignons par le traité d’Arras.

En 1467, une catastrophe naturelle provoque l’effondrement d’au moins six édifices religieux.
On ne sait pas aujourd’hui s’il s’agit d’un tremblement de terre ou un effondrement de couches souterraines.

À la fin du Moyen Âge, l’ensablement de la Canche entraîne le déclin de la ville.
Le commerce maritime périclite, la ville se retranche sur elle-même.

Histoire (suite) :

En juin 1537, les troupes de Charles Quint et d’Henri VIII mettent le siège au pied de Montreuil.
Contrainte de se rendre, la ville est en grande partie détruite.

La peste frappe la ville en 1596.

En 1567, Charles IX ordonne alors l’édification d’une citadelle sur l’emplacement de l’ancien château du XIIIe siècle.
Vers 1670, Vauban perfectionna l’œuvre de ses prédécesseurs en remaniant la citadelle et en y ajoutant une poudrière et un arsenal.

Au XVIIIe siècle, malgré l’ensablement de la Canche et le déclin du port la prospérité de la ville lui permet de se parer de nombreux hôtels particuliers.

Montreuil changea de dénomination pendant un peu plus d’un an (de fin 1793 à début 1795), pour s’appeler Montagne-sur-Mer.
La ville reprendra son ancien nom le 5 février 1795 suite à une pétition du conseil général à la Convention justifiée par les difficultés qui résultent de ce changement.

Le flan droit du Camp de Boulogne est installé à Montreuil en 1803 et redonne à la ville un peu d’animation. Les maréchaux Soult et Ney y ont leur quartier général.
Au XIXe siècle, la quête du progrès provoque la destruction d’une partie des bas-remparts afin de permettre le passage de la ligne de chemin de fer Arras-Étaples mise en service le 5 août 1878.

Montreuil tombe alors pour plus d’un siècle dans une léthargie que seule devait troubler, pendant la Première Guerre mondiale, la présence dans ses murs, du grand quartier général britannique sous le commandement du maréchal Douglas Haig.

Les remparts :
62
Les remparts de Montreuil-sur-Mer offrent aux yeux des visiteurs un ensemble exceptionnel de fortifications.

les vieux murs se sont, au fil du temps, transformés pour être adaptés aux progrès techniques.
C’est ainsi que Montreuil-sur-Mer a la chance d’avoir préservé près de mille ans d’évolution de la fortification.
A travers celle-ci, on peut également lire l’histoire même de la cité car chacune des campagnes de (re)construction correspond à une étape importante du passé de la ville.
La naissance des remparts de Montreuil-sur-Mer semble correspondre avec la naissance de la même ville.

La porte de Boulogne :

La construction des hautes murailles autour de la cité, nécessita inévitablement le percement de portes permettant l’accès intra et extra muros.
Ces ouvrages furent souvent le maillon faible du dispositif défensif des villes.
Montreuil-sur-Mer en compta une dizaine.
La porte de Boulogne fit partie de celles-ci, elle est la dernière restante.

La citadelle :

montreuil2L’histoire de Montreuil-sur-Mer débute en 898.
La ville, déjà fortifiée, résiste victorieusement à une attaque de Vikings.
En 987, lorsque Hugues Capet monte sur le trône de France, Montreuil- sur-Mer en sa possession depuis sept ans devient pour deux siècles le seul port de mer du domaine royal.
Un château royal est édifié afin de protéger cette façade maritime de premier plan.
Des châteaux primitifs, aucune trace n’est conservée.

Le casernement allemand :

La 2ème Panzer division entre à Montreuil-sur-Mer le 22 mai 1940 ; les Allemands resteront 4 ans. Plusieurs divisions d’infanterie se succèdent, l’état-major investit l’hôtel Acary de la Rivière.
La ville héberge une Kreiskommandantur et son peloton de Feldgendarmen. Dès juin 1940, la pression allemande sur la main d’oeuvre et les réquisitions iront en s’accentuant.
Le couvre feu est institué.
juillet 1940, Hitler projette d’envahir l’Angleterre, c’est l’opération « Seelöwe ».
Montreuil-sur-Mer est alors en zone interdite dite « zone rouge ».
En octobre 1943, l’organisation TODT est chargée de creuser un casernement sous la ville, le Festung Pionier en est le maître d’oeuvre.
Une tranchée dans les glacis est pratiquée en accès vers La Madelaine-sous-Montreuil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *