Villes et villages du pas de calais !

Berlincourt-le-cauroy :

Les Berlencourtois, 62810.
Autrefois :
Bellincort au XIIIè.
Ignaucourt, Ingaucourt au XIIIè, était un fief relevant du comté d’Artois.
Cauroy, Kauretum, avait donné son nom à une branche de la famille de Beaufort.

Berles-au-bois :

Les berlois, 62123.
Autrefois :
Berla et Bella.
Nicolas de Beaucamp était seigneur de Berles en 1235.
Le village était divisé en deux sections connues sous les noms de Berles-Sire-Wistace et Berles-Monstier.
Souterrains-refuges.

Berles-Monchel :

Les Berles-Monchelois, 62690.
Autrefois :
Berla, Bella.
Cette terre relevait du château de Lens, donc du royaume.

Bermicourt :

Les bermicourtois, 62130.
Autrefois :
Berninocortis en 800.
Un diplôme de Charlemagne daté de 806 approuve la donation faite à St Denis par Ste isbergue, sa soeur, de la villa de Bermicourt.
Les seigneurs du village étaient vicomtes de la Thieuloye.

Berneville :

Les bernevillois, 62123.
Autrefois :
Bernivillia.
Le village fit partie de la donation faite en 673 par le roi Thierry III à l’Abbaye St-Vaast d’Arras.
Berneville fut chef-lieu de canton pendant la révolution.

Bernieules :

Les bernieullois, 62170.
Autrefois :
Bernialles.
Le village formait une des douzes baronnies de Boulogne fondée en 1045.
Château féodal fondé vers 1040, détruit par incendie en 1645 le jour où le châtelain mariait sa fille.
Couvent des Carmes.
L’église bâtie en forme d’équerre, a gardé une tour du XVè.
Dans le choeur, un tableau du maître autel, toile du XVIIIè, provient des Carmes et représente Notre Dame du Mont-Carmel.

Bertincourt :

Les Bertincourtois, 62124.
Autrefois :
Bertini Cortis.
L’origine du village remonterait au XIè.
Souterrains-refuges près de ‘église.

Béthonsart :

Les Béthonsartois, 62690.
Autrefois :
Betonsars.
Les familles de lannoy et de Lejosne ont possédé le domaine.
Un trésor fut trouvé lors de la restauration de l’église en 1732.

Béthune :

bethune1

Les béthunois, 62400.
Autrefois :
Bey thun.
St Vaast qui précha dans la région au VIè, fonda la paroisse Notre Dame.
Herman 1er, seigneur de Béthune fit rebâtir l’église en 940, qu’il dédia à St Vaast.
C’est vers cette date qu’il faut voir l’accroissement de Béthune autour d’un château.
Au XIè, cette ville avait pour seigneurs les avoués de St Vaast d’Arras.
bethune2En 1248, Béthune passa aux comtes de flandre, puis à Philippe le Hardi, duc de Bourgogne.
Louis XI l’occupa à la mort de Charles le téméraire (1477); en 1498, elle fut rendue par Louis XII à maximilien 1er.
Charles d’orléans la conquit sur els espagnols en 1645 et le traité des Pyrénées l’attribua à la france (1659).
elle fut alors fortifiée par Vauban.
Le prince Eugène la prit en 1710, mais le traîté d’Ultrecht (1713) la remit à la france.
La région marécageuse d’alentour servit en 1813 de refuge aux réfractaires contre lesquels Napoléon 1er envoya en vain ler général de rébeval.

Beugin :

Les beuginois, 62150.
Autrefois :
Baginii, belgin.
Le village était tenu de l’église saint denis de reims puis du prieuré d’Houdain en 1132.

Beugnâtre :

Les beugnatrois, 62450.
Autrefois :
Buignastre, Bugnastre.
Au XIIIè, le domaine relevait de Longastre.
Il passa ensuite entre les mains des familles de Magnicourt, Pronville et Vignacourt.

Beugny :

Les beugnois, 62124.
Autrefois :
Bugni, Buigni.
De Wasserva, baron de Marche, fut le dernier seigneur du village.
Village presque entièrement détruit pendant la 1ere guerre mondiale.

Beussent :

Les beussentois, 62170.
Autrefois :
Beussen.
Engoudsent formait une des douze baronnies de Boulogne en 987.

Beutin :

Les beutinois, 62170.
Autrefois :
Beuttin.
En 1171, le village était une annexe d’Attin.
Il releva ensuite du château d’Etaples.

Beuvrequen :

Les beuvrequentois, 62250.
Autrefois :
Beuvrequent en 1215, beuvreuquin au XIXè.
La seigneurie dépendait de l’abbaye saint-bertin.
Village situé sur la Slack.
C’est sur son petit territoire que s’est abattu, le 22 septembre 1909, le capitaine Feber pionnier de l’aviation.

Beuvry :

beuvry

Les beuvrygeois, 62660.
Autrefois :
Bevriacum, bévri.
Le domaine fut donné à l’abbaye de Marchiennes.
L’autel fut accordé à l’évêque d’Arras en 1152.
Jean de Nédonchel, seigneur de Beuvry, vendit son domaine en 1266 au comte d’Artois.
Le dernier seigneur fut le prince de Ghistelles d’éclimeux.
Forteresse détruite n 1740.
Prévoté de Gorre dépendant de l’abbaye de St Vaast d’Arras.

Villes et villages du pas de calais !

Evin-Malmaison :

Les evinois, 62141.
Autrefois :
Elbacum et Maladomo.
Evin malamison depuis 1624, depuis la réunion du hameau de Malmaison à la paroisse d’Evin.
Bataille probable en 446, de Vicus Helena entre les francs et les romains.
Pont fortifié entre Evin et Noyelles.
Prieuré dépendant de l’abbaye d’Anchin.

Famechon :

Les Famechonais, 62760.
Autrefois :
Framechionium.
Au XIIè, l’église dépendait du prieuré de Pas et les terres, du comté de St Pol.
Manoir des templiers au XIIIè.
Maladerie à St ladre fondée au XIIIè.
Marquisat en 1789.
De Venant fut le dernier seigneur de Famechon.

Fampoux :

Les Fampolois, 62118.
Autrefois :
Fanum Polluas, Fampolium.
Temple romain probable.
Découverte de tombaux et d’objets de cette époque.
Château.
Jusqu’au XVè, Fampoux était compris dans le domaine d’Artois.
Le village appartint ensuite à différentes familles.
Premier accident de chemin de fer sur la ligne Paris-Lille en 1846.
Village détruit pendant la 1ère guerre mondiale.

Farbus :

Les Farbusiens, 62580.
Autrefois :
Farbo en 1098.
Au XIIIè, le domaine relevait du comté de St Pol et dépendait de la seigneurie de Vimy.
Au XVè, il appartenait à la maison de Viéville.

Fauquembergues :

Les Fauquemberguois, 62560.
Autrefois :
Falkemerg, Falconberga.
Lieu qui avait le titre de comté dès le VIIè.
Fauquebergues avait déjà son église en 660 mais elle fut détruite par les normands en 881.
En 918, le comte Arnould, près de ce bourg, défit complètement ces fameux normands.
Ce fut longtemps une branche des châtelains de St Omer qui posséda la seigneurie du lieu.
Des membres de cette famille s’illustrèrent au cours des siècles et parmi eux, Hugues qui fut un des premiers croisés en 1096.
A Partir de 1372, d’autres familles seigneurales se succédèrent.
Château fort, enceinte fortifié.
Léproserie fondée au XIIIè.

Favreuil :

Les Favreuillois, 62450.
Autrefois :
Faveroeulles.
Une motte, peut être romaine, était encore visible au siècle dernier.
La seigneurie de favreuil appartenait au comte d’Oisy puis à la maison d’Assignies.
Village presqu’entièrement détruit pendant la 1ère guerre mondiale..

Febvin-Palfart :

Les Febvinois, 62960.
Autrefois :
Febvinum.
Lieu situé sur une ancienne voie militaire d’Auxi à St POl.
En 682, ce lieu appartenait à l’abbaye St Berthe de Blangy.
Il relevait du comté de St Pol au XIIè.
Eglise avec choeur et tour du XVè, terminée au XVIIIè.

Ferfay :

Les Ferfayens, 62260.
Autrefois :
Fracfagium, Ferffay.
Le village était déjç cité en 689.
En 696, St Lugle et St Luglien sont assassinés près de Ferfay dans une vallée que l’on nommait Seyrendala.
Ferfay appartenait au comte d’Hinnisdal.
Château XVIIè détruit en 1944.

Ferques :

ferques

Les Ferquois, 62250.
Autrefois :
Ferkenes en 1135.
Découverte d’un cimetière mérovingien.
Abbaye de beaulieu fondée en 1150 par Eustache II, baron de Fiennes.
Village saccagé en 1543 par les anglais.
Elinghem fut le lieu nommé Totingatum, donné par Lebtrude à l’abbaye St bertin de St Omer.

Festubert :

Les Festubertin, 62149.
Autrefois :
fret Hubier vers 1200.
Festubert est né de la réunion de deux parties de villages, une prise à Richebourg et l’autre à Cuinchy vers le milieu du XVè.
Ce village détruit pendant le 1ere guerre mondiale a été le théâtre de terribles combats.
Les britanniques s’en emparèrent le 23 mai 1915 mais ils y perdirent 7000 hommes.
Ils y remportèrent une nouvelle victoire le 12 juillet 1918.
Village presqu’entièrement rasé pendant la 1ère guerre mondiale

Feuchy :

les Feuchyssois, 62223.
Autrefois :
Felci en 673.
Thierry III donna feuchy, en 673, à l’abbaye St Vaast d’Arras
Village détruit pendant la 1ère guerre mondiale.

Ficheux :

Les Ficheussois, 62173.
Autrefois :
Filciacum, Fischeu en 1269.
le village fut donné en 674 à l’abbaye St Vaast d’Arras.
Village détruit pendant la 1ere guerre mondiale.

Fiennes :

Les Fiénois, 62132.
Autrefois :
Flidmun en 863, Fiennes en 1084.
St Amand è prêcha l’évangile en 670.
Fiennes formait l’une des quatre châtellenies du Boulonnais au Xè puis devint en 1070 une des douzes prairies de la baronnie en 1543.
Marquisat dès 1643.
Le choeur de l’église date du début du XVè.

Fillièvres :

fillievres

Les Fillièvrois, 62770.
Autrefois :
De Ferrivezes en 1112, Filièvres.
Occupation romaine probable.
Ancienne baronnie du baillage d’hesdin.
Charte communale en 1205.
Quartier général de françois 1er lors de la prise du Vieil Hesdin en 1537.
Eglise avec tour (1580).

Fléchin :

Les Fléchinois, 62690.
Autrefois :
Flechinum.
Par le mariage du sire d’Heuchin avec oelide de Fléchin, le domaine entra dans la famille des châtelains d’Aire.
Boncourt, Bonikorte était déjà connu en 739.
Cuhem,Culhem en 1092.
Ces deux derniers hameaux formaient une commune indépendante pendant la révolution.
Belle église avec tour du XIIè complétée au XVè, le choeur date de 1534, la nef de 1613.

Flers :

flers1

Les Flersois, 62270.
Autrefois :
Flers en Flamermont.
Baronnie dépendant de la châtellerie d’Hesdin/
Sur la place vécut un tilleul de 1171 à 1871, il était cité pour sa grosseur prodigieuse.
Au bout du village, le château (1776-1789), très bel exemple de style Louis XVI, avec pavillon d’entrée en fer à cheval et portraits.
Ensuite l’église avec sa nef du XVè et sa tour du XVIè, aux armes des Neuville-Matringhem, porte en arc Tudor, magnifique chapelle seigneurale aux armes des Viefville-Saveuse.
Remarquables clefs sculptées, autels.

Fleurbaix :

Les Fleurbaisiens, 62840.
Autrefois :
Florbas en 900.
Fleurbaix faisait partie du petit pays de laloeu où d’Alleu.
Chartreuse à la boutillerie.
Bourg détruit pendant la 1ère guerre mondiale.

Villes et villages du pas de calais !

Maninghem ou Manighem-au-mont :

Les Maninghois, 62650.
Autrefois :
manighem-au-mont.
Dépendait de l’abbaye de Clairmarais.

Maninghen-henne :

Les Maninghinois, 62250
Autrefois :
Managium, Manninghen-Wimille parce que ce village dépendait de Wimille en 1230.

Marant :

Les marantais, 62170.
Autrefois :
Maranch en 637, cité, cette année là dans un diplôme de l’évêché de thérouanne.
Il a appartenu ensuite à l’abbaye Ste Austreberthe.

Marck :

Les Marckois, 62730.
Autrefois :
Markium, Merch.
Port très fréquenté en 700.
Il a subit des assauts de diverses invasions puis s’est ensablé depuis.
Dépendait de l’abbaye St bertin.
Charte communale en 1253.
Château détruit par le duc de Guise en 1558.
Conférence de la paix entre la france et l’espagne en 1555.
Les protestants y établirent un temple en 1563.
Fort brulé en 1641 par les espagnols et ville en partie détruite pendant la seconde guerre mondiale.
L’église détruite en 1940-1944 a été reconstruite sur plan ellipsoïdal.

Marconne :

Les Marconnais, 62140.
Autrefois :
Marconna.
Résidence du comte d’Hesdin au VIIè.
Ste Austreberthe fut élevée à marconne et sa mère Framethilde y fonda une église dédiée à notre dame où elle fut enterrée en 660.
Son tombeau y fut découvert en 1030.
Monastère fondé par Austreberthe et détruit par les normands.

Marconnelle :

marconnelle

Les Marconnellois, 62140.
Autrefois :
Marconnelles.
L’histoire de marconnelles se confond avec celle de marconne, ce n’était d’ailleurs, avant le XIè, qu’une dépendance de marconne.
Château fort.

Marenla :

Les Marenlois, 62990.
Autrefois :
Malenchi en 1232.
Cité en 637 dans un diplôme de l’évêché de Thérouanne.
Marenla dépendait de l’abbaye Ste Austreberthe depuis 1170.

Maresquel-Ecquemicourt :

Les Maresquellois, 62990.
Autrefois :
Maresquelle.
Monastère dans un lieu qui s’appelait Annoy et quid evint plus tard l’abbaye de Gouy-saint-andré.
Fusion de maresquel et ecquemincourt en 1969.

Marest :

Les Marestois, 62550.
Autrefois :
Maresh, Marest au XIXè.
En 823, formait une dépendance de l’abbaye St Riquier dans la somme.
Quelques maisons étaient tenues de l’abbaye St Médard de Soissons.

Maresville :

Les Maresvillois, 62630.
Autrefois :
Marevilla.
Ce lieu dépendait au XIè de la châtellerie de Longvilliers.

Marles-les-mines :

Les Marlésiens, 62540.
Autrefois :
Marles puis marles les mines depuis 1905.
Ancien comté qui appartenait à Adrien de Noyelles de Marles, baron de Rossignol.
La seigneurie appartenait en 1789 à al famille de Beaulaincourt.
Un fief nommé Rougeville appartenait à la famille Gonsse d’Arras.
Les aventures d’un membre de cette famille, furent l’objet du roman d’Alexandre Dumas « le chevalier de maison rouge ».

Marles-sur-canche :

Les Marlois, 62170.
Autrefois :
Marlos, marla.
Ce village fut compris dans al donation d’Adroald faite à l’abbaye de St Omer en 654.

Maroeuil :

Les Maroeuillois, 62161.
Autrefois :
Mareolum, Mareuil.
Lieu situé non loin de al voie romaine Arras-Thérouanne.
Château des évêques d’Arras.
Maroeuil appartenait à Ste Bertille.
Elle donna ce domaine à St Vincidien qui en fit don, en 674, à l’église d’Arras.
Abbaye Ste bertille détruite par les normands en 881.
Vers 930, l’évêque Fulbert de Cambrai rétablit l’abbaye et y placa des chanoines réguliers.
En 1134, l’évêque Alvise réforme l’établissement pour y placer des moines de St Augustin.
la seigneurie de maroeuil apaprtenait à l’évêché d’Arras.
Château reconstruit en 1490.
Localité en grande partie détruite pendant la 1ere guerre mondiale.

Marquay :

Les Marquaysiens, 62127.
Autrefois :
Marca, Markais.
Un seigneur du village, Palmapède, fut tué à Azincourt en 1415.
D’autres furent vice-gouverneurs d’Arras aux XVè et XVIè.

Marquion :

Les Marquinnais, 62860.
Autrefois :
Marchionum.
Régnier de Marquion meurt lors d’une croisade en 1106.
En 1244, le domaine relevait d’Oisy et devint la propriété de l’abbaye de Cantimpré de Cambrai en 1266.

Marquise :

Les Marquisiens, 62250.
Autrefois :
Maakis.
En 55 avant Jésus Christ, les oromarsaci (guerriers des marais Marquisiens) livrent aux légions de Jules César un combat sanglant au lieu-dit le Mont de Cappe.
Bourg plusieurs fois ravagé par les anglais du XIVè au XVIè.
Découverte d’objets divers d’époque gallo-romaine..
Les carrières de pierres très anciennes, déjà utilisées à l’époque gallo-romaine ont leur renommée au XIè quand l’abbé Scollandus fait transporter les pierres pour la construction de l’abbaye St Augustin à Cantorbury.
Eglise faite d’éléments construits à des époques diverses.
Le choeur du début du XVIè, fut restauré vers 1574, à la suite des ravages causés par les anglais au milieu du siècle.
Le clocher oeuvre de la seconde moitié du XIIè, incendié par la foudre en 1544, a été surhaussé d’un étage à l’époque moderne.
Nef du XVIIIè.

Martinpuich :

Les Martinouichois, 62450.
Autrefois :
Martini Puteum.
Un acte de 1206 accorde à l’abbaye d’Arrouaise des portions de dîmes et terrages sur Martinpuich.
Village détruit pendant la 1ere guerre mondiale.

Mazingarbe :

Les Mazingarbois, 62670.
Autrefois :
Masengarba avant 1558, mazingarbes.
Dépendait de l’abbaye de marchiennes.
petit village jusqu’à l’ouverture des fosses au XIXè.

Mazinghem :

les Mazinghemois, 62120.
Autrefois :
Découverte d’une nécropole mérovingienne.
Jean de Masinghem fait une donation à l’ababye St bertin en 1195.
louvelet de Massinghem et son frère furent tués à la bataille d’Azincourt en 1415.

Mencas :

Les Menkenkois, 62310.
Autrefois :
Menca.
Le village a appartenu à la régale de Thérouanne.
Marquisat en 1787.

Menneville :

Les Mennevillois, 62240.
Autrefois :
Magna villa, Maneville.
Le village appartenait à l’abbaye de samer.
Forteresse du mont Hulin bâtie en 1545; détruite en 1678.
Eglise détruite en 1597 par les bourguignons.

Mentque-Nortbecourt :

Les Mentquois et les Norbécourtois, 62890.
Autrefois :
Menka et Nort-Bécourt.
Mentque et Norbécourt ont fusionné en 1819.

Mercatel :

Les Mercatelois, 62217.
Autrefois :
Merchastel.
Dès le VIIè, le village appartenait à l’abbaye St Vaast.
Les chevaliers de St jean de jérusalem en possédaient une partie.
Village détruit pendant la 1ere guerre mondiale.

Merck-saint-liévin :

Les Merkois, 62560.
Autrefois :
Marka-S-Livini.
le village remonterait au VIIè après que St Liévin, disciple de St Omer, vnt prêcher dans la région vers les années 630.
Pélerinage St Liévin encore observé au XIXè.
La seigneurie dépendait de l’échevinage de Fauquembergues.

Méricourt :

Les Méricourtois, 62680.
Autrefois :
Mderici Curtis.
L’autel de Méricourt apartenait à l’abbaye St Vaast d’Arras et la seigneurie aux comtes d’Oisy.
Importantes mines de charbon.
Ville détruite pendant la 1ere guerre mondiale.

Merlimont.

Les Merlimontois, 62155.
Autrefois :
Merrimont en 823, Melimonte en 1244.
Appartenait en 823, à l’abbaye St Ricquier puis releva du comté de St Pol.
Château fort détruit au XVIè.

Villes et villages du pas de calais !

Peuplingues :

Les Peuplinguois, 62231.
Autrefois :
Popeplinghem en 1000.
Occupation probable depuis l’époque celtique.
Voir romaine de Sangatte à Thérouanne, cette voie est encore, en partie matérialisée par uen route se dirigeant vers sangatte et correspond sensiblement à l’entrée d’Eurotunnel.
déjà, les romains avaient envisagé un ^pont ou un tunnel pour rejoindre l’angleterre.
Chef lieu de canton pendant la révolution.
L’église est de 1637.

Pierremont :

Les Pierremontois, 62130
Autrefois :
Petri-Mons en 1145.
Le domaine resta dans la meme famille de Bailleul ST Martin jusqu’en 1613.

Pihem :

Les Pihemois, 62570.
Autrefois :
Pithem.
Château à Bientques.
Situé près du site de lancement de V1 à Helfaut, le village a subi des dommages pendant la seconde guerre mondiale.

Pihen-lès-guînes :

Les Pihenois, 62340.
Autrefois :
Pithem au IXè.
Appartenait au comte de Guînes.
Le choeur est du XIIIè.

Pittefaux :

Les Pittefeltiens, 62126.
Autrefois :
Pitefaux.
Une foire à Souverain-moulin.
Ce lieu formait une seigneurie distincte appartenant à une branche de la maison de Béthune.

Planques :

Les Planquois, 62310.
Autrefois :
L’abbaye de Ruisseauville possédait des biens sur ce territoire qui avait appartenu aux seigneurs de Créquy.
L’église est un édifice remarquable du moins en ce qui concerne le choeur qui a beaucoup d’analogie avec celui de Fressin, son voisin.
Moins ancien, il date de 1543 et sa voûte de 1625, la précédente s’étant effondrée le 13 novembre 1623.
Les clefs de voûtes, assez pendantes sont ornées : la première porte la date de 1625, la seconde des godrons, la troisième l’écu des Créquy.
Plusieurs culs-de-lampe sont intéressants.
Les fenêtres du choeur ont perdu leurs meneaux et leur rempage.
La nef date du XVIIIè, mais son pignon occidental est de 1664.
Le porche latéral doit être plus ancien.
Le clocher est un campenard.

Plouvain :

Les Plouvinois, 62118.
Autrefois :
Pabuloe.
Occupation gallo-romaine.
Plouvain dépendait de l’ababye ST Vaast d’Arras.
Village détruit pendant la 1ere guerre mondiale.
Sa libération le 1er septembre 1944, fut marquée par la mort de jacques Dapremetz.

Polincove :

Les Polincovois, 62370.
Autrefois :
Paulini Hova.
Fort ZEltum XIIè et Fort du nouveau moulin Zeltum formait l’une des douzes baronnies du Boulonnais.
Le domaine de Polincove appartenait aux comtes de Boulogne au XIIè.
En 1638 eut lieu un combat entre les français et les Espagnols.
L’église présente une belle tour et une flèche de pierre.

Pommera :

Les Pommerayens, 62760.
Autrefois :
Pomarium, Pumeras en 1138.
Découverte en 1838 de vestiges et de débris attribués à l’époque romaine.
Pairie du comté de St Pol.
Le dernier seigneur fut Deubugny de Bondus, chevalier.
Grenas formait une seigneurie particulière.

Pommier :

Les Pommiérois, 62111.
Autrefois :
Pomerium.
En 870, le village fut donné à l’abbaye St Vaast d’Arras.

Le Ponchel :

Les Ponchelois, 62390.
Autrefois :
Poncel.
Ce lieu est mentionné dans une charte de 1266 relative à l’église de Willencourt.

Pont-à-vendin :

Les Pont-à-vendinois, 62880.
Autrefois :
Pons Wendinii.
C’était un lieu fortifié défendant un pont sur la Deule.
Pont-à-vendin était, au moyen-âge, un lieu de passage important vers l’artois et fut ainsi soumis à de nombreuses invasions.
En 1302, les flamands et les français se livrèrent à un sanglant combat.
Au début du XIIIè, traîté de Pont-à-vendin, qui donne à Philippe Auguste Aire-sur-la Lys et St Omer.
Ville détruite pendant la 1ere guerre mondiale.

Le portel :

Les Portelois, 62480.
Autrefois :
Découverte sur le territoire d’objets divers indiquant la présence humaine depuis l’époque néolithique.
Le Portel devient célèbre, quand, en 1545, François 1er tente de reprendre Boulogne aux anglais.
Pendant les guerres contre les Espagnols, au XVIè, beaucoup de ses espagnols se fixèrent à le Portel.
Simple hameau d’Outreau, Le Portel devient une commune indépendante en 1856.

Prédefin :

Les Prédefinois, 62134.
Autrefois :
Proeudfin, Presdefin.
Ce lieu dépendait au XIIIè de la châtellerie de Lisbourg.
Belle ferme-château de 1666, représentant le type de l’époque de la fronde.
Important camp allemand et site de V1.

Pressy :

Les Pressyens, 62550.
Autrefois :
Percetum, perscy.
Village existant avant 696.
Une légende indique que Bérenger, l’un des assassins de St Lugle et St Luglien était de Pressy.
Au XIIè, Pressy dépendait de la châtellerie de pernes.
Marquisat en 1712.

Preures :

Les Preurois, 62650.
Autrefois :
Preura en 670.
Découverte d’un cimetière mérovingien.
Ce lieu dépendait de Thiembronne.
Musée mérovingien.
La tradition attribue à Walleman de Luxembourg la construction du beau choeur de l’église, seule partie intéressante.
Ce choeur voûté en étoile, a été bâti dans la seconde moitié du XVè ou du XVIè.
L’église possédait une tour centrale de l’époque romane qui s’écroula en 1808, et fut remplacée par une clocher en charpente sans caractère.
Du château féodal de Preures il ne reste que la motte du donjon, encore très élevée, une grosse tour trapue du XVIè et un corps de ferme du XVIIIè siècle.

Pronville :

Les pronvillois, 62860.
Autrefois :
Perona Villa, Prodovilla en 1115.
Forteresse importante détruite au début du XIVè.
De la famille de Pronville, qui existait dès le XIIIè, sont issus des personnages célèbres dont un périt à la bataille d’Azincourt en 1415.
Village détruit pendant la 1ere guerre mondiale.

Puisieux :

Les Puisatiers, 62116.
Autrefois :
Pusiaux, Puiseux.
Etablissement des templiers au XIIIè.
Château fort.
Le village était divisé en deux sections.
Puisieux-aux-mont qui dépendait de la picardie et Puisieux-au-val qui dépendait de l’artois.
Chacune de ces sections avait une église.
En 1789, la seigneurie appartenait à la famille leroux.
Village détruit pendant la 1ere guerre mondiale.
Château XVIè.

Quéant :

Les Quéantois, 62860.
Autrefois :
Chaon en 1111.
La seigneurie a appartenu aux seigneurs de Créquy puis aux Despretz.
Château de 1851, détruit en 1917, ainsi que le village.
Durs combats en 1918.

Quelmes :

les Quelmois, 62500.
Autrefois :
Kelmias en 519.
Rigobert, abbé de St bertin, cède quelmes à l’évêque de Thérouanne en 722.
Cependant, en 853, le village est indiqué comme une possession de l’abbaye St bertin.
Choeur du XIIIè avec étage, tour du XIIè.
Chaire de l’époque de Louis XV, grand christ du XVIIIè.

Quercamps :

Les Quercampois, 62380.
Autrefois :
Querquentium.
le domaine relevait du comte d’artois au XIIIè.

Quernes :

Les Quernois, 62120.
Autrefois :
Kernas.
Erlebert, seigneur de Quernes, donna le village à St Omer en 639.
Ce saint y fonda une église.
la seigneurie a appartenu aux familles de Wavrin, Croÿ, Lalaing et Carmin.

Le-quesnoy-en-artois :

Les Quercitains, 62140.
Autrefois :
Eglise St Vaast XVIIIè, maître autel XVIIIè, reliquaires.
Manoir 1760, pigoennier dans le parc.
A la mairie, poteries gallo-romaines découvertes sur le territoire.

Quesques :

Les Quesquois, 62240.
Autrefois :
Reseka.
En 1858, découverte de cercueils gallo-romains.
Quqsques appartenait au chapitre de la collégiale St Sauveur de St Pol.

Questrecques :

Les Questrecquois, 62830.
Autrefois :
Questres.
Château bâti par les comtes de Boulogne au XIIIè.
Petite église avec choeur voûté au XVè ou au XVIè.

Quiéry-la-motte :

Les Quiérisiens, 62490.
Autrefois :
Rierry en 680, Chierry.
Motte indiquant qu’il y avait un fort sur une butte.
St Martin prêcha en ce lieu et y aurait fait bâtir une église au IVè.
Le vilage fut donné par St berthe à l’abbaye de Blangy.
Au XIIè, légende d’une dame enlevée par son amant.

Villes et villages du pas de calais !

Lisbourg :

Les Lisbourgeois, 62134.
Autrefois :
Ligesborg, c’est dnas une légende au IXè que Lisbourg est mentionné pour la 1ère fois lors de la translation des reliques de St Omer en 843.
Dès le XIIè, le village formait une des douzes châtelleries du comté de St Pol.
Marquisat au XVIIè.
Prieuré.
En juin 1944, chute d’un avion ayant provoqué la mort de huit aviateurs alliés.

Locon :

Les Loconois, 62400
Autrefois :
Le Locon.
Baronnie dès 1714.
En 1789, le domaine appartenait au baron des Lyons.

La Loge :

Les Logeois, 62140.
Autrefois :
Village bombardé pendant la seconde guerre mondiale.

Loison-sous-lens :

Les Loisonais, 62218.
Autrefois :
Anseriacum.
Découverte d’objets d’époque gallo-romaine.
C’était un village qui dépendait au XIIIè de la seigneurie d’Harnes et de l’abbaye de St Pierre de gand.

Loison-sur-Créquoise :

Les Loisonnais, 62990.
Autrefois :
Anseriacum, Loison-le-temple en raison d’une commanderie des templiers fondée au XIIè.

Longfossé :

Les Longfosséens, 62240.
Autrefois :
Altum Fossatum.
Une des prairies du comté de Boulogne.
Ste gertrude, hameau qui existait déjà en 842 lors des premières invasions normandes.
Le lieu disparu, Blaisel formait une baronnie.
L’église possède un choeur en gothique flamboyant tardif, qu’on peut dater du XVIè, une nef du XVIIè et du XVIIIè et un baptistère remarquable.
Maître autel de l’époque de Louis XIV.

Longuenesse :

Les Longuenessois, 62219.
Autrefois :
Lonsatanas.
En 654, ce lieu fut compris dans la donation d’Adroald faite à l’abbaye St Bertin.
Chartreuse fondée en 1299 par le sire de Ste Algegonde.
L’armée de Louis XI dévasta Longuenesse en 1471.
Les français y établirent des redoutes lors du siège de St Omer en 1638.

Longueville :

Les Longuevillois, 62142.
Autrefois :
Longa villa en 878, Longueville en 1285.
Etablissement religieux à la ferme de la conserverie et à celle maintenant disparue de la béguinerie.
L’église, restaurée en 1770, possède un choeur du XV-XVIè qui ne manque pas délégance, bien que la voûte en ait été remplacée par une couverture en plâtre.
Nef du XVIIè sans grand interêt, le clocher porche et le grand portail appartiennent sans doute à la première moitié du XVIIè.
Maître autel de l’époque Louis XIII, refait dans le style du XVè.
Retable et belles grilles en fer forgé.

Longvilliers :

Les Longvillois, 62630.
Autrefois :
Longovillaire.
Village compris dans la donation d’Adroald faite en 654 à l’abbaye St bertin et en 987, il devint une des quatre châtelleries du Boulonnais.
Château construit par le comte Eustache en 1049.
L’enceinte extérieure du moyen âge est ruiné.
Elle était doublée.
L’enceinte principale, mieux conservée, est flanquée à l’angle sud-ouest d’une grosse tour ronde à vaste embrasure.
Le corps de logis, inachevé à l’époque de la révolution, est bâti en pierres.
Une grosse tour en craie taillée à quatre étages, flanque cette construction..
Elle date de fin du XVIè, et a dû être refaite après le siège de 1589 oposant les Liqueurs, conduits par Maigneuls gouverneur de Montreuil, au châtelain Pierre du Holde, fidèle au roi Henri III.
Les ruines sont classées.
Monastère de femmes fondé en 1137 par la reine Mathilde.
L’abbaye St Josse possédait une dîme à Longvillers.
L’église, la plus belle du canton d’Etaples en ce qui cocerne le choeur, le transept et els croisillons, est une élégante construction du XVè, due à la munificence de François de Créquy.
Le choeur est plus élevé que le reste et sa voûte plus élancée.
A l’extérieur, seul le clocher est intérressant.
Il s’élève sur la croisée du transept.
C’est une construction très originale passant du carré à l’hexagone, par des talus triangulaires en briques.

Loos-en-Gohelle :

Les Loossois, 62750.
Autrefois :
Lo, Lohes.
Malger de Loos fut, en 1071, témoin de la donation du lieu par l’évêque Liébert à l’église d’Arras.
Loos a été emporté par les anglais et les français pendant la 3ème bataille d’Artois, le 25 septembre 1915.
La ville a été détruite pendant cette guerre.

Lorgies :

Les Lorgiens, 62840.
Autrefois :
Lorgia.
L’abbaye de Marchiennes avait la dîme et la seigneurie du village relevait des châtelains de Lens en 1267.
Village détruit pendant la 1ere guerre mondiale.

Lottinghen :

Les Lottinghinois, 62240.
Autrefois :
Lottinguehem, Lonastingahem en 826.
Découverte d’objets gallo-romains.
Le villagze appartenait à l’abbaye St bertin de St Omer.
Gautier de Lottinghen avait été l’un des compagnons de Godefroi de Bouillon à la 1ère croisade en 1096.
Eglise dont le choeur remonte au XIè, les parties hautes ont été restaurées et les voûtes refaites en 1611.
La tour centrale, elle-m^me voûtée, doit être aussi du début du XVIIè.

Louches :

Les Louchois, 62610.
Autrefois :
Le village dépendait de l’Ardrésis dès le XIIè.
Le dernier seigneur fut de la famille de Donjon de St Martin.
Maladerie.
La base de la tour de l’église est romane.
A l’intérieur de l’édifice, on remarque les fonts baptismaux (cuve du XIIIè, fût du XVè), un bénitier armorié du XVIIIè.

Lozinghem :

Les Lozinghemois, 62540.
Autrefois :
Lothinghem au XIè.
Clerbault, chevalier était seigneur du village en 1097.
L’abbaye de St vaast y avait des rentes.
Le domaine appartenait, en 1789, à la famille de Nelle.

Lugy :

Les Lugyois ou Lugeois, 62310.
Autrefois :
Lugi, Lusy.
Le village dépendait du comté de St Pol.
marquisat en 1694 en faveur d’Oudart de La buissière.
Le dernier seigneur fut Thiennes de St maur.
Château dont les derniers vestiges furent démolis en 1960.

Lumbres :

Les Lumbrois, 62380.
Autrefois :
Laurentia, situé sur la voie romaine du Septemvium à Sithieu.
L’abbaye St bertin y avait des propriétés.
Bourg robablement fortifié.
Il avait le titre de comté et appartenait en 1706 à la famille de Fiennes.

La madelaine-sous-Montreuil :

Les Madelainois, 62170.
Autrefois :
La Madeleine.
Situé près de la citadelle de montreuil, le village a subi les contrecoups des sièges de cette ville et en particulier celui des impériaux en 1537.

Magnicourt-en-comté :

Les Magnicourtois, 62127.
Autrefois :
Maignicurt, maignicourt.
Occupation gallo-romaine.
Magnicourt relevait du comté de St Pol (d’où l’attribut en comté).
Il était tenu du chapitre de St Pierre d’Aire et le hameau d’Houvelin ou Houvelain du chapitre de St André.
Châteaux forts à Magnicourt, Rocourt et Houvelin.

Magnicourt-sur-canche :

les Magnicourtois, 62270.
Autrefois :
Magnicort, Maingnicort en 1200.
Le village était en partie tenu des chevaliers St jean de jérusalem et plus tard du comté de St Pol.
Quelques maisons dépendaient de l’évêché d’Arras.
Souterrains-refuges.

Maintenay :

Les maintenayens ou Maintenois, 62870.
Autrefois :
Montenayum.
Prieuré fondé au XIè.
Anectote; Jean de Luxembourg, roi de Bohême tué à la bataille de crécy en 1346, serait enterré sous la place du village.
C’est toutefois dans ce village que furent inhumés, en présence d’Edouard III, vainqueur de crécy, des corps de princes et de grand seigneurs français tués à cette bataille.
L’eglise dédiée à St Nicolas est l’un des deux édifices du XIIIè siècle que possède l’arrondissement de Montreuil.
Le choeur date de 1225 environ.
Le croisillon sud a été reconstruit au début du XVIè.
La nef récente, date des années 1863-1869, elle est due à Clovis Normand qui reconstruisit alors la corniche et dota le choeur de voûtes en plâtre pour remplacer les voûtes primitives qui s’étaient effondrées.

Maisnil ou Maisnil-Saint-Pol :

Les Maisnilois, 62130.
Autrefois :
Mesnilum, Maisnil-en-ternois, Maisnil-à-Souastre.
Le domaine relevait, en 1340, de Rollencourt.
Il appartint au XVIè, à la maison de Guînes, branche de Souastre.

Maisnil-lès-ruitz :

Les Maisnilois, 62620.
Autrefois :
Maisnil-Caillau, maisnil-les-ruit.
Au XVIIè, la seigneurie appartenait au duc de Bournonville.

Maisoncelle :

Les Maisoncellois, 62310.
Autrefois :
Mansionis Cella relevait de la baronnie de Rollencourt en 1230.
Les anglais avaient leurs quartiers au château de Maisoncelle en octobre 1415, avant la bataille d’Azincourt.

Maizières :

Les Maiziérois, 62127.
Autrefois :
Maceroie signifiait murailles, rappelant la présence d’un camp romain.
Maizières dépendait de l’abbaye de Bailleul.

Mametz :

Les Mametziens, 62120.
Autrefois :
Le nom du village viendrait de mamezia, nom d’une vierge retirée en ce lieu vers 640.
Dans l’étang des etiais, lors de son creusement, découverte de vestiges d’un habitat gallo-romain.
Château fort détruit vers 1640.
Eglise du XVIè avec une « litre » funéraire extérieure.

Manin :

Les Maninois, 62810.
Autrefois :
Manerium relevait en 1272 de givenchy.
Légende de St Hubert, à l’origine de la confrérie de St Hubert.
Tour fortifiée et fossoyeée.

Villes et villages du pas de calais !

Canettemont :

Les canettemontois, 62270.
Autrefois :
Canneti monte au XIIIè.
Ce n’était en 1266, qu’une annexe de Rebreuve.
Le dernier seigneur fut le baron de Canettemont.

Canlers :

Les canlersois, 62310.
Autrefois :
Salerciacum en 665.
Le village dépendait du comté de St Pol.

Canteleux :

Les cantelesiens, 62270
Autrefois :
Cantileu en 1122 dansun charte de St Eloi.
Cantilupus.
Village fondé au XIè.
Appartenait en partie à l’abbaye de Cercamp.

Capelle-Fermont :

Les Capellois ou Capellois-Fermontois., 62690.
Autrefois :
Capella, Chapelle-lès-Aubigny.
Dépendait du baillage d’Aubigny-le-Comte.
Un fontaine avait la réputation de soigner les pieds des chevaux.

Capelle-lès-Boulogne :

Les capellois, 62360.
Autrefois :
Détachée de baincthun, cette commune ne fut crée qu’en 1949.

Capelle-lès-Hesdin :

Les capellois, 62140.
Autrefois :
S.Maria en 673, Batefrid, comte d’Hesdin, y avait alors un château.
Chef-lieu de canton pendant le révolution.

Carency :

Les Carençois, 62144.
Autrefois :
Carenciacum.
Fontaine St-Aignan où ce saint serait venu prêcher au Vè.
Château dont on voyait encore une tour fortifiée au début du XXè siècle.
Marquisat en 1665.
Village détruit pendant la 1ere guerre mondiale et repris lors de la bataille d’Artois.

Carly :

Les Carlysiens, 62830.
Autrefois :
Quartliacum, mentionné en 867 dans un diplôme de Charles le Chauve qui donne ce deomaine à l’abbaye St Bertin.
Carly était divisé en deux parties dites basse et haute ville.
Eglise récente (XIXè) avec fonts baptismaux du XIIè.
Au château de Brusdal, jardins dessinés par Le Nôtre.

Carvin :

carvin

Les carvinois, 62220.
Autrefois :
Carvins-en-carembaut, carvin-Epinoy.
On trouce écrit carvin sous son orthographe actuelle dès 963.
Des objets retrouvés sur le territoire permettent d’établir l’origine de Carvin vers les IIè et IIIè.
En 1054, Carvin fut rasé.
Deux autres villages se formèrent, Carvin et Epinoy et ne composèrent plus qu’un bourg au XIIIè.
Les seigneurs du lieu étaient ceux d’Epinoy qui étaient comtes à partir de 1580.
Epinoy, Spinetum au moyen-âge, forma une principauté en 1541 dont dépendait douze seigneuries.
Château d’Epinoy détruit au début du XVIIIè.En 1857, découverte du charbon dans le sous-sol, on ouvre la fosse N°1.

Cauchie (la) :

Les calcéens, 62158 :
Autrefois :
Calceia, Kaussi.
Les villages portant le nom de Cauchie ou cauchy sont toujours situés près d’une ancienne voie romaine, le mot Cauchie étant issu de chaussée.
Tour fortifiée.

Cauchy-a-la-tour :

Les cauchois, 62260.
Autrefois :
Calceïa.
A la tour enr aison d’une tour élevée pour protéger un péage.
Ce village fut considéré comme le vicus Turringahem.
Il est cité dans un diplôme de Charles-le-Chauve au IX7 siècle.
Cauchy dépendait du comté de St Pol.

Caucourt :

Les caucourtois, 62150.
Autrefois :
Calli Cortis.
Le domaine apartenait aux comtes de Lannoy et ressortissait du baillage d’Aubigny.
Château XVIIIè, détruit au XXè.
Village ravagé en 1537, par l’armée de françois 1er.

Caumont :

Les Caumontois, 62140.
Autrefois :
Collomonte en 854.
En 1200, les seigneurs de Caumont étaient bannerets d’Artois.
Ce lieu eut un pélerinage dès le XIVè.
Château détruit au XVIè.
Maladerie.

Cavron-saint-martin :

Les Cavronnais, 62140.
Autrefois :
Caprino en 673.
Village mentionné en 872 dans un diplôme de Charles le Chauve.
Commune formée de deux anciens villages, Cavron et St Martin.

Chelers :

chelers1

Les Chelerois, 62127.
Autrefois :
Cheilliers, Celers.
Echevinage au XV7.
Quartier général du prince Eugène en 1711 à la ferme du Tiret.
Les derniers seigneurs furent de la famille du Quarré de Chelers.